Le travail de Mathieu Richardoz m'a été présenté par un ami, et son parcours (très proche du mien) m'a donné envie d'en savoir un peu plus sur comment il est arrivé à la photo et la manière dont il travaille.


Bonjour Mathieu, peux-tu te présenter ?

Salut, Mathieu Richardoz, 34 ans, parigot-tête de veau.

Je bosse comme développeur web en freelance, la photo est pour moi une passion, décorrélée de toute ambition commerciale.

Je me considère avant tout comme portraitiste, même quand je shoote de la mode ou du nu ; ce qui m'intéresse avant tout c'est la rencontre, l'échange, la captation de l'émotion du moment. C'est le but en tout cas, ça ne veut pas dire que ça marche à tous les coups… ;-)

Alysha Nett - Palmdale (California), 2012, Canon 5D Mark II, 50mm, ISO 50, f/2.8, 1/1000s, lumière naturelle

Alysha Nett - Palmdale (California), 2012, Canon 5D Mark II, 50mm, ISO 50, f/2.8, 1/1000s, lumière naturelle


Depuis quand fais-tu de la photographie et qu'est ce qui t'as donné envie de t'y mettre ?

Quand j'étais ado, mon père m'a refilé son vieux réflex argentique Minolta, un SRT-101 je crois. Petit à petit j'ai découvert le plaisir du portrait, essentiellement avec mes amies de l'époque qui voulaient bien se prêter au jeu. Un apprentissage très empirique avec cet appareil 100% manuel et lourd comme un parpaing.

De fil en aiguille, j'ai été prendre quelques cours de photo studio chez ITIS, une association photo qui organise des stages au Bourget. J'y ai, en particulier appris les techniques de base de l'éclairage et du nu artistique. La direction de modèles par contre, assez peu. J'aime mieux observer et essayer de capter l'essence de la personne plutôt que de donner des directions précises…

Enfin, la rencontre de ma chère et tendre Sophie, qui fut maquilleuse artistique avant de créer sa propre ligne de vêtements en latex, m'a permis d'explorer avec elle de nombreuses voies (beauté, mode, fetish, …).


Que trouve-t-on toujours dans ton sac photo ? Et quel matériel rêverais-tu d'avoir dans ton sac ?

Un 5D Mark II. Un 50mm f/1.4. Souvent un 100mm f/2.8, mais pas toujours…

Le matos dont je rêve ? Il n'y en a pas vraiment en fait, j'ai déjà de la chance d'avoir ce que j'ai, et ça me suffit amplement.

Je me suis fait un petit plaisir en achetant un vieil Hasselblad 500C/M sur eBay il y a quelques années, j'aimerais l'utiliser davantage, mais pour le moment c'est le cercle vicieux : pas assez de pratique, donc pas assez de spontanéité, donc résultats médiocres, donc pas assez de pratique…

Hattie Watson - Dripping Springs (Texas), 2012, Canon 5D Mark II, 50mm, ISO 1600, f/2.8, 1/125s, lumière naturelle

Hattie Watson - Dripping Springs (Texas), 2012, Canon 5D Mark II, 50mm, ISO 1600, f/2.8, 1/125s, lumière naturelle


Des anecdotes amusantes ou touchantes concernant un de tes shootings / une de tes photos ?

Il y a quelques années, j'ai eu la chance d'organiser un shoot dans un vieux manoir abandonné dans la campagne anglaise avec les modèles alternatives Io et Ruby True. Déjà, le plan a failli capoter au dernier moment et on a dû se la jouer CSI sur Google Maps pour repérer la baraque… qui s'est révélée par la suite infestée de guêpes, dont j'ai une phobie absolue. Moi qui rêvais depuis des années de photographier la sublime Io, voilà qu'une guêpe insolente vient s'interposer entre elle et moi ! Le meilleur et le pire jour de ma vie, et une bonne leçon de self-control ;-)


Un accessoire fétiche ou une petite astuce à nous proposer ?

Pas vraiment d'accessoire fétiche non, ou alors mon 50 mm ? Ca compte ? Le jour où j'ai laissé tomber les zooms médiocres pour acheter ma première focale fixe (le Canon 50mm f/1.8 à l'époque, super abordable en plus), ça a été une vraie révélation ! J'ai appris un truc que je considère essentiel aujourd'hui : se bouger les fesses, s'impliquer physiquement, aller chercher l'image où elle se trouve. Je me retrouve régulièrement à genoux, voire en train de ramper devant mes modèles, à la recherche de l'angle parfait. C'est crevant, mais le jeu en vaut la chandelle :-)

Ewi - Omaha Beach (Normandie), 2013, Canon 5D Mark II, 50mm, ISO 100, f/2.2, 1/1000s, lumière naturelle

Ewi - Omaha Beach (Normandie), 2013, Canon 5D Mark II, 50mm, ISO 100, f/2.2, 1/1000s, lumière naturelle


Quel est ton flux de production photographique et quelle place prend la retouche dans ton travail ?

Ca dépend des projets, mais la plupart du temps c'est très simple. Je passe pas mal de temps sur ModelMayhem en quête de portfolios intéressants, de modèles qui vont dégager ce petit quelque chose de plus ; un regard, une attitude que je vais vouloir capter. Beaucoup d'angoisse avant le shoot à essayer de préparer des trucs, de trouver des concepts, quand bien même je sais pertinemment que mes images préférées sont toujours celles qui vont éclore spontanément.

Shoot, de 2 à 3 heures en général, sans se presser, sans chercher l'efficacité à tous prix. Échange, dialogue. Souvent j'essaye d'attendre quelques jours après le shoot pour la sélection et la post-production. De manière générale, j'essaye de retoucher "juste ce qu'il faut" : balance, contraste, léger recadrage éventuellement. Sophie m'aide énormément, éditrice impitoyable et retoucheuse hors pair, surtout sur les projets orientés mode, pour lesquels elle a une culture visuelle et un sens du détail qui me manquent parfois.


Quel conseil donnerais tu à un débutant ?

Je ne suis pas sûr de me sentir légitime pour donner des conseils à qui que ce soit… Ca va être hyper générique, mais en même temps c'est absolument crucial : respecter les autres. Les modèles, les stylistes, les autres photographes aussi… approcher tout le monde avec bienveillance et humilité.

Bref, éviter d'être un connard, autant que possible ;-)

Tessa Kuragi - London (UK), 2012, Canon 5D Mark II, 50 mm, ISO 100, f/4.5, 1/800s, lumière naturelle

Tessa Kuragi - London (UK), 2012, Canon 5D Mark II, 50 mm, ISO 100, f/4.5, 1/800s, lumière naturelle


Dans votre portfolio, quelle est ta photo préférée ou ta série, et pourquoi ?

Dur à dire. Comme le soulignait Emma dans une interview précédente, il y a un gros facteur d'attachement émotionnel, extrêmement fluctuant…

En ce moment j'ai une affection particulière pour les photos que j'ai faites l'été dernier avec Hattie Watson et Alysha Nett. Ca faisait longtemps que je fantasmais sur les grands espaces américains, ça a été l'occasion de réaliser ce rêve, entre Texas et Californie, en compagnie de deux des modèles les plus fantastiques que je connaisse :-)


Pour découvrir plus en détail le travail de Mathieu Richardoz, n'hésitez pas à visiter son site et son profil ModelMayhem.


Publié le 08 mai 2013


comments powered by Disqus

Plus d'informations

Nom : Mathieu Richardoz
Site web : Mathieu Richardoz


Partager




Matériels


À Découvrir


Nous suivre sur Facebook