On continue la nouvelle série d'interviews sur 85mm.fr avec quelques questions à Nicolas Frenot, photographe amateur qui habite à quelques kilomètres de chez moi, et qui m'a fait le plaisir de répondre à mes questions.


Bonjour Nicolas, peux-tu te présenter ?

Je m’appelle Nicolas, j’ai 37ans, je suis technicien méthodes dans la vie professionnelle et photographe amateur dans mon temps libre.

J’ai eu une période assez productive en peinture et en dessin entre 17 et 23ans et qui a par la suite eu beaucoup d’influence sur mon approche de la photographie de modèles des années plus tard.


Depuis quand fais-tu de la photographie et qu'est ce qui t'as donné envie de t'y mettre ?

J’ai commencé la photographie de modèle il y a maintenant 5 ans. J’étais à ce moment là depuis 8 ans dans un groupe de musique africaine et j’ai ressenti alors le besoin de retrouver une activité artistique en solo sans être enfermé dans une structure, le choix s’est alors posé entre plusieurs domaines tel que revenir à la peinture ou le dessin et la photo est venue comme ça...


Que trouve-t-on toujours dans ton sac photo ? Et quel matériel rêverais-tu d'avoir dans ton sac ?

Dans mon sac photo tu y trouveras toujours mon 24-70 et 70-200 F2.8L et quelques filtres. Si les finances me le permettraient, je serais bien tenté d’avoir quelques focales fixes à plus grosses ouvertures tel qu’un 50 ou un 85mm et un de ces quatre peut être passer au 5D Mark III, mais pour l’instant mon 5D Mark II suffit amplement.


Des anecdotes amusantes ou touchantes concernant un de tes shootings / une de tes photos ?

Et pour la ptite anecdote... la meilleure de toutes ahah partir à une séance photo en oubliant mon boitier. Du grand Nicolas Frenot dans toute sa splendeur...


Un accessoire fétiche ou une petite astuce à nous proposer ?

Hmm pas vraiment d’accessoire fétiche en soit, mais très content du 70-200mm que j’utilise dès que j’ai le recul nécessaire, sinon en fonction des conditions et du contexte, je prend soin de travailler le maximum d’effets à la prise de vue en prenant tout ce que je peux trouver devant mon objectif et aussi toujours le petit tube de vaseline pour des effets hamiltonniens quand l’ambiance s’y prette ou quand la lumière naturelle est trop dure.


Quel est ton flux de production photographique et quel place prend la retouche dans ton travail ?

Je n’ai pas vraiment de flux régulier, il y a des périodes où je vais enchainer des shoots tous les weekends ou tous les 15 jours, d’autres ou je peux être plusieurs mois sans être inspiré et avoir besoin de me vider la tête...mais quoi qu’il en soit, je ne refais un shoot que lorsque que j’ai terminé de traiter le précédent, de manière à ce que les modèles n’attendent pas plus de 15 jours / 3 semaines et que dans ma tête je passe à autre chose.

J’ai travaillé à 80% d’improvisation pendant 2-3 ans et maintenant je ne reshoot que lorsque j’ai une idée plus précise en fonction d’un lieu intéressant. Il y a donc aujourd’hui des séances qui se préparent plusieurs semaines en amont, le temps de trouver les accessoires et de pouvoir réunir une petite équipe coiffeur/Makup/Modèle/assistant au complet... là du coup en fonction de mon temps libre, je ne fais guère faire plus d’un shoot par mois maximum...


Quel conseil donnerais tu à un débutant ?

Je dirais simplement qu’aujourd’hui on peut trouver plein de formations et de tutoriaux sur le net, une chance qui n’était pas aussi présente il y a quelques années seulement, donc on peut progresser aujourd’hui très très vite.

Inspirez vous de tout ce que vous voyez partout le temps d’apprendre techniquement et quand vous sentez que la technique est mûre, trouvez intérieurement votre « patte », votre touche personnelle, en étant le plus sincère possible dans votre approche photographique avec vous même, c’est bien votre âme que l’on doit ressentir dans vos photos et non celle d’un autre...


Dans ton portfolio, quel est ta photo préférée ou ta série, et pourquoi ?

Oula... s’arrêter à une seule photo est délicat car plusieurs ont marquées des paliers significatifs dans l’évolution de mes photos mais si je ne devais en choisir qu’une ce sera indéniablement celle que j’ai appelé « l’instant comtois » réalisée avec Jennifer en 2012.

C’est vraiment sur cette séance que tout c’est éclairé dans ma petite tête et que j’ai trouver le style qui me touche le plus dans ce que j’appelle mes ambiances « tableau ». photo d’ailleurs que j’ai reprise quasi 2ans plus tard pour enlever le pot de fleur en plastique d’origine qui m’a longtemps martyrisé du regard mdr...


Comment se passe ta recherche de modèles, étant comme moi loin des métropoles photographique ?

Alors ma recherche comme tu dis, je l’ai trés vite abandonnée, car le fait d’aller vers les modèles et d’être le « demandeur » systématique, fait que comme beaucoup je me suis trop fait planter des séances à mes débuts, par des pseudo-modèles qui ni ne préviennent, ni ne s’excusent... quand ça t’arrives souvent, ou que la veille tu as préparé un lieu et des lumières à plusieurs personnes jusqu’à une heure du matin, que le lendemain ton modèle te plante comme une M***E, tu revois vite ta démarche et donc depuis je ne travaille qu’avec des gens qui sont motivés et vraiment intéressés par mon travail. Cela implique aussi que mon choix de modèle est plus restreint, mais au moins celles qui se présentent le veulent vraiment et la plupart d’ailleurs viennent d’assez loin.


Pour découvrir plus en détail le travail de Nicolas Frenot, n'hésitez pas à visiter son site et son 500px.


Publié le 17 septembre 2015


comments powered by Disqus

Plus d'informations

Nom : Nicolas Frenot
Site web : Nicolas Frenot


Partager





À Découvrir


Nous suivre sur Facebook